Logo Office de Tourisme de Colmar
Menu
Menu

C´est en 823 que Colmar, du romain Columbarium, est citée pour la première fois dans un acte de donation de l´Empereur Louis le Pieux, fils de Charlemagne. À l’époque, grands bâtiments de bois, granges, écuries, pressoir, basse-cour et colombier font le décor de ce Colmar du IXe siècle. En 1106 la ville est ravagée par un incendie, mais se reconstruit et continue à se développer sous l’ère du Moyen-Âge jusqu'à devenir Ville Impériale au XIIIe siècle sous Frédéric II de Hohenstaufen. À cette époque les ordres religieux s’installent à Colmar. Franciscains, Dominicains et Augustins érigent des édifices, dont il subsiste de nombreuses églises et bâtiments conventuels dans le centre historique.

 thumb acienne carte de Colmar

En 1354, Colmar participe à la création de la Décapole, fédération de dix villes alsaciennes réunies pour défendre leurs privilèges et leur statut de Villes d´Empire. Elle est alors, derrière Strasbourg, qui dispose du statut de ville libre, la Ville Impériale la plus importante d´Alsace. Le bâtiment du Koïfhus achevé en 1480, accueillit les réunions des députés de la Décapole jusqu’en 1678 lorsque Colmar devient « Ville royale française » après la Révolution.
Entre temps, la réforme luthérienne s’installe sans heurts à Colmar en 1575, la guerre de Trente Ans (1618-1648) est à l’origine de grands bouleversements qui ruinent la ville et en 1635 Colmar se place sous la protection du Roi de France sans pour autant abandonner son statut de Ville d´Empire, ses privilèges, droits et coutumes. Les XVe et XVIe siècles sont l’âge d’or de la ville qui connaît la fortune grâce à ses marchands, son activité agricole et surtout viticole. Il s’y construit alors de magnifiques bâtiments et autres demeures fastueuses.

thumb place de la cathedrale COLMAR

En 1698, l’installation du Conseil souverain d´Alsace fait de Colmar la capitale judiciaire de la province Alsace. Le Palais du Conseil achevé en 1771 est aujourd’hui le tribunal de grande instance.
Voltaire, qui séjourna pendant treize mois à Colmar entre 1753 et 1754 décrit la cité comme « une ville mi-allemande, mi-française et tout à fait iroquoise ». La ville ne fut pas épargnée par les guerres et les épidémies fragilisantes mais a toujours su se relever pour construire et développer autour d’illustres personnages, politiques ou artistes, son identité singulière.

thumb Liberation de colmar
Le 2 février 1945 est une date essentielle dans l´histoire de la ville, la plus importante du XXe siècle. Pour les Colmariens, elle marque la fin de la seconde guerre mondiale signée par la bataille de « la poche de Colmar » qui fut la dernière sur le sol français avec un bilan humain particulièrement lourd de plus de 44 000 morts.

Aller au haut