Logo Office de Tourisme de Colmar

Menu
Menu

thumb Theophile Conrad Pfeffel l'Européen


Théophie Conrad Pfeffel (1736-1809) est le plus grand auteur colmarien du XVIIIe siècle. Ses 1 099 écrits qui nous sont parvenus, relèvent des différents genres littéraires, illustrant ainsi la productivité de l’auteur. Souvent qualifié de « La Fontaine alsacien », il est le promoteur de la fable politique allemande. Véritable médiateur entre la culture française et allemande, il a traduit de nombreux textes dans les deux langues.

En 1760, il participe à la création de la Société de lecture, avant d’inspirer en 1785 la tabagie littéraire, ouvrant ainsi - en véritable figure de la piété protestante des Lumières - Colmar au débat d’idées et à la tolérance. Cependant si Pfeffel avait d’abord accueillit la Révolution avec enthousiasme, il s’en démarque rapidement au moment de la Terreur.

pfeffel.jpg

Outre son activité d’homme de lettres, Pfeffel est également un imminent pédagogue. En plus de dispenser des leçons privées aux enfants de la haute société colmarienne, il ouvre en 1773 une académie militaire. Cette académie, qui n’avait de militaire que le nom, s’adressait principalement aux garçons de la noblesse protestante et dispensait des cours de langues, d’histoire, de mathématiques, de musique, d’escrime et d’équitation. Elle accueillit en tout près de trois cents élèves en vingt ans et connut une notoriété dans toute l’Europe, où plus de deux milles deux cents personnes vinrent la visiter. En 1793, l’académie militaire est fermée par la Révolution. Pfeffel contribue en 1796, à la création de l’école centrale du Haut-Rhin.

En 1859, le sculpteur André Friedrich installe pour la ville une statue en hommage au poète devant le musée d’Unterlinden. Remplacée par une copie bronze, puis démontée par les Allemands en 1918, une nouvelle copie est installée dans le square à côté du tribunal de Grande Instance, renommé « square Pfeffel ». La rue entre la maison natale du poète et son académie militaire, ainsi qu’un collège de la ville, portent également son nom.

Aller au haut