Logo Office de Tourisme de Colmar

Menu
Menu

Histoire de Colmar

C´est en 823 que Colmar, du romain Columbarium, est citée pour la première fois dans un acte de donation de l´Empereur Louis le Pieux, fils de Charlemagne. À l’époque, grands bâtiments de bois, granges, écuries, pressoir, basse-cour et colombier font le décor de ce Colmar du IXe siècle. En 1106 la ville est ravagée par un incendie, mais se reconstruit et continue à se développer sous l’ère du Moyen-Âge jusqu'à devenir Ville Impériale au XIIIe siècle sous Frédéric II de Hohenstaufen. À cette époque les ordres religieux s’installent à Colmar. Franciscains, Dominicains et Augustins érigent des édifices, dont il subsiste de nombreuses églises et bâtiments conventuels dans le centre historique.

Lire la suite : Quelques mots d'histoire

thumb Collégiale St Martin vue du sud est

 1680 :

Introduction de la parité confessionnelle pour les postes de gouvernement de la ville bien que les protestants forment encore les deux tiers environ de la population locale.

1683 :

Colmar accueille le commandement militaire de la Haute-Alsace. S´installent ainsi en ville, le commissaire des guerres en Haute-Alsace, le commissaire régional d´artillerie, le contrôleur de l´hôpital royal militaire, le commissaire provincial des poudres et salpêtres.

>> Voir l'article sur la ville Royale

1695 :

Colmar devient chef-lieu de subdélégation, nouvelle division territoriale relevant de l´administration de l´Intendant d´Alsace..

1698 :

Installation du Conseil souverain d´Alsace qui fait de Colmar la capitale judiciaire de la province Alsace.
>> Voir l'article sur le Conseil souverain à Colmar

1714 :

La ville de Colmar acquiert la seigneurie du Hohlandsbourg, située à proximité, et cède le prieuré de Saint-Pierre aux jésuites installés à Colmar depuis 1698.

thumb Chapelle saint pierre colmar
L´église des jésuites construite par J.J. Sarger.
 

1735-1744 :

Colmar se dote d´un nouvel hôpital, à l´emplacement de l´ancien couvent des franciscains.

1742-1750 :

L´architecte strasbourgeois Jean-Jacques Sarger construit l´église des jésuites.

1751 :

L´imprimerie Decker publie le premier tome de l´Alsatia Illustrata de l´historien Jean Daniel Schoepflin.

1753-1754 :

Voltaire, qui effectue des recherches sur l´histoire de l´Empire, séjourne pendant treize mois à Colmar.
>> Voir l'article sur le séjour agité de Voltaire à Colmar

Florilèges Voltairiens

"Colmar, une ville mi-allemande, mi-française et tout à fait iroquoise…
Les vins et les habitants sont fort bons à Colmar, mais il n´y a point de bons cafés…

Colmar est une petite ville dévote, remplie de tracasseries, où tout le monde se confesse, où tout le monde se déteste, et où il n´y a de ressources que parmy quelques avocats qui savent le droit public d´Allemagne…

Colmar est une singulière petite ville. On est venu me faire des compliments en cérémonie sur ce que j´avais fait mes Pâques…

Croiriez-vous que je ne pars point de Colmar sans quelque regret. Ma mauvaise réputation m´avait d´abord attiré un petit camouflet de la part de la Sainte-Eglise, mais tous les honnêtes gens du pays ont bien réparé ce scandale…"

1769-1771:

Construction du palais du Conseil souverain par l´architecte Chassain.

thumb Monument Pfeffel Colmar photo Gzen92
Statue de Pfeffel par Charles Geiss, 1927.

Beautés colmariennes

C´est dans ces plaines qu´il faut voir la scène des moissons. C´est dans ces prairies qu´il faut voir le tableau animé des fenaisons plus abondantes que les filles ne sont jolies.

Colmar peut-être l´emporte. Là tous les seins naissent blancs arrondis et séparés. Là tous les yeux sont grands, les cheveux fournis, les dents nettes, les bras bien attachés, les bouches roses et disposées au sourire. Là tous les voyageurs s´arrêtent et tous les régiments veulent être en garnison. Les pères disent que c´était mieux de leur temps, que le sang dégénère à Colmar. Filles de Colmar, consolez vous… votre sang est le même ; c´est celui des chagrins qui a changé. Les pères vous condamnent ; mais dans le procès de la beauté, ce sont les enfants qui décident.
Frédéric-Jacques Masson, Marquis de Pezay

"Les soireées helvétiennes,
alsaciennes et franc-comtoises, Londres, 1772."

thumb Corps de Garde gravure de Rothmuller

1773 :

Colmar compte 11 280 habitants. Le poète et pédagogue Théophile Conrad Pfeffel (1736-1809) ouvre une « Académie militaire ».
>> Voir l'article sur l´Academie militaire de Colmar

1775:

Création à Colmar de la loge maçonnique « La Concorde », philanthropique et catholique, constituée pour l´essentiel par des membres du Conseil souverain et des militaires.

Colmar s´ouvre à l´industrialisation. Dans le faubourg du Logelbach, création de la manufacture de toiles imprimées Haussmann.

« Le 17 août 1784, à huit heures du matin, à Colmar, aux Deux Clefs, je la vis et restai muet de joie. »Vittorio Alfiéri retrouvant Louise de Stollberg, comtesse d´Albany

 

1785 :

Ouverture de la « Tabagie littéraire », société de lecture et lieu de diffusion des « Lumières » à Colmar.

Rien n´est plus agréable que de manger à la table d´hôte : la diversité des personnages en fait le principal agrément ; nous avons trouvé à l´auberge des trois rois des personnes aimables et instruites : c´étaient tous des gens bien honnêtes. La salle est très propre et ornée à l´allemande ; des glaces en triangle avec des bras, des pièces de vers allemands encadrées ; des poëles en faïence. On a servi très proprement et très bien à 30 s. par tête. Le sommelier est un jeune garçon de Colmar, très leste, et qui sert avec une intelligence et une célérité qui a peu d´exemple. Nous mangeâmes plusieurs ragoûts allemands très bons. La plupart des aubergistes sont des paresseux qui ne font rien. Celui de Colmar mangeait avec les étrangers.
L´Alsace en 1782, vue par un inconnu

thumb Maison Pfister tableau de Michel Hertrich
Maison Pfister par Michel Hertrich, 1875. Musée d´Unterlinden.
 

1785-1787:

Pierre Michel d´Ixnard, architecte nîmois, réalise pour le collège royal la salle des actes et la bibliothèque (actuel lycée Bartholdi).

1787:

Dès la création de l´Assemblée provinciale d´Alsace au mois de juin, Colmar devient le chef-lieu de l´un des six districts provisoirement définis en vue de la préparation de la réunion des Etats Généraux.

© Textes de Gabriel BRAEUNER extraits de Colmar, un itinéraire à travers l´Histoire, (ID L´Edition, 2003) ouvrage disponible à l´Office de Tourisme sur demande à
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (prix 10€).

1946 :

Colmar reçoit la croix de guerre 1939-1946 avec palme.

1947 :

Dans le cadre de la politique de décentralisation théâtrale initiée par Jeanne Laurent, sous-directrice au Secrétariat d´Etat aux Arts et Lettres, le Centre dramatique de l´Est s´installe à Colmar.

Joseph Rey devient maire de colmar. Il le restera pendant trente ans et sera un acteur essentiel du développement de la ville.

1948 :

Ouverture de la première Foire régionale des vins d´Alsace qui deviendra une manifestation phare de l´économie et du tourisme régional.

1958 :

Création d´une vaste zone industrielle de Colmar au nord de la ville.

 1959 :

La ville s´étend à l´ouest. Création de la ZUP (zone à urbaniser par priorité), qui comptera 12 000 habitants dix ans plus tard, au moment de son achèvement.

1960 :

Ouverture du port Colmar-Neuf-Brisach.

1963 :

Pierre Pflimlin, président de l´Assemblée consulaire du Conseil de l´Europe, remet à Colmar le drapeau d´honneur européen devant le retable d´Issenheim de Matthias Grünewald au musée d´Unterlinden.

1964:

Ouverture de l´aérodrome Colmar-Houssen.

Création de la Communauté d´intérêt Moyenne Alsace-Brisgau, organisme transfrontalier pilote, sur le plan national, de coopération et de développement économique.

thumb colmar quartiers ouest credit ville de colmar

Les quartiers ouest, aujourdhui

1966 :

Par arrêté interministériel, une partie importante de la ville historique devient secteur sauvegardé.

1968 :

Début de la restauration du quartier des tanneurs qui sera achevée en 1974. Inauguration du parc des expositions au nord de la ville. Colmar s´ouvre à l´aventure universitaire.

Partie constitutive de l´Opéra du Rhin, syndicat intercommunal regroupant Strasbourg, Mulhouse et Colmar, l´Atelier lyrique du Rhin s´installe à Colmar.

1972 :

Par arrêté interministériel, une partie importante de la ville historique devient secteur sauvegardé.

1974 :

Concert mythique, le 22 juin, des Pink Floyd au parc des expositions devant 12 000 spectateurs.

>> Voir l'article Woodstock à Colmar

1975 :

thumb 1974 06 22 colmar ticket Gini sponsored 001

Concert mythique, le 22 juin, des Pink Floyd au parc des expositions devant 12 000 spectateurs

1978 :

Le musée d´Unterlinden dépasse le chiffre de 350 000 visiteurs annuels qui en fait le musée de province le plus visité de France.

1979 :

Colmar inaugure en l´église des dominicains son Festival international de musique confié au chef allemand Karl Münchinger.

1983 :

Jumelage avec Eisenstadt, capitale du Burgenland en Autriche, cité viticole et ville du compositeur Joseph Haydn.

1987 :

Jumelage avec Princeton, prestigieuse cité universitaire américaine, au lendemain de la célébration du centenaire de la statue de la Liberté réalisée par le colmarien Auguste Bartholdi.

1989 :

Le chef d´orchestre et violoniste russe Vladimir Spivakov devient le directeur du Festival international de musique qui, en quelques années, atteint une notoriété internationale.

thumb Copie de Sergueî NAKARIOV 11 ans trompette 1990
Vladimir Spivakov, directeur du Festival international de musique de Colmar.

1990 :

Ouverture du Théâtre de la Manufacture dans l´ancienne manufacture des tabacs qui accueille l´Atelier du Rhin, centre dramatique régional et atelier lyrique au sein de l´Opéra du Rhin.

1993 :

L´I.U.T. de Colmar, fort de quatre départements d´enseignement, gagne son autonomie au sein de l´Université de Haute-Alsace.
Jumelage avec la ville hongroise de Györ, cité historique de 120 000 habitants située entre Vienne et Budapest.

1995 :

Ouverture de la rocade de contournement est de Colmar. Le dernier grand point noir de l´axe routier nord-sud en Alsace disparaît.

1996 :

L´espace d´art contemporain André-Malraux ouvre ses portes. Colmar se dote de deux nouveaux événements culturels : le festival de jazz et le festival de cinéma « sept jours pour le septième art ».

1997 :

La vieille ville fait sa toilette : les rues anciennes sont rénovées. La restauration de l´église Saint-Matthieu, ancienne église des franciscains, est achevée. Colmar se lance dans un ambitieux et spectaculaire programme de valorisation du patrimoine par la lumière qui augmente encore son attrait.

thumb église saint matthieu colmar
L´église Saint-Matthieu restaurée accueille le Festival international de musique.

1999 :

Parallèlement au soin apporté à la mise en valeur de la cité historique, Gilbert Meyer, maire de Colmar depuis 1995, et le conseil municipal lancent un vaste programme de restructuration urbaine des quartiers ouest dont la rénovation de l´îlot dit du « Palais royal » constitue la première étape.
 

2000 :

Colmar retrouve un théâtre municipal flambant neuf, une place Rapp redessinée et débarrassée de ses voitures, et un théâtre de plein air agrandi et modernisé au parc des expositions.
 thumb Theatre municipal de Colmar
Un théâtre flambant neuf !

© Textes de Gabriel BRAEUNER extraits de Colmar, un itinéraire à travers l´Histoire, (ID L´Edition, 2003) ouvrage disponible à l´Office de Tourisme et dans notre boutique en ligne

thumb CPA maison des chevaliers de saint jean Colmar

1512 :

La communauté juive est brutalement exclue de Colmar. Présente à Colmar depuis le XIIIe siècle, économiquement et culturellement active, victime de massacres lors de la peste de 1349, elle ne trouvera plus droit de cité jusqu´à la Révolution.
 

1521 :

Le statut communal est modifié. Le nombre des corporations est réduit de vingt à dix.

1522-1525 :

Colmar connaît une agitation intellectuelle, sociale et religieuse forte. La ville est un foyer de propagande luthérienne grâce aux ouvrages sortis des presses de l´imprimeur Farckall. Elle échappe de peu aux violences de la guerre des Paysans.

1528 :

Venant de Bâle, le médecin alchimiste Paracelse se réfugie à Colmar avant de reprendre sa vie errante..

1536 :

La ville acquiert la seigneurie de Sainte-Croix-en-Plaine située à proximité.

1538 :

Le magistrat ou gouvernement de Colmar publie une Klosterordnung qui réglemente la vie des clercs à l´intérieur des couvents à la suite de nombreux abus constatés.

thumb Koïfhus ou Ancienne Douane gravure de Rothmuller
Le Koïfhus en 1840, dessin de J. Rothmuller, lithographie par E. Simon fils à Strasbourg.

1548 :

L´écrivain Georges Wickram, considéré comme le créateur du roman populaire en langue allemande, crée à Colmar une école réputée de chanteurs (Meistersingerschule).

"Colmar est une plaisante cité…

Elle est située en plaine fertile, loings des montagnes, du chemin d´une heure, ayant de touts costez grand´ quantité de vin et de bled, et la terre est principalement bonne à porter fourments, oignons et autres jardinages. Cette cité tient le milieu d´Alsace et est distante d´une lieue germanique de Keisersperg, Ammersweiler, Rechenwyer et Rappoltzweyer, esquels lieux croist fort bon vin et qui est le plus excellent qui se trouve en Alsace."
Sébastien Münster, Cosmographie, 1552

   
thumb Maison des Têtes Gravure de Rothmuller

1575 :

La réforme luthérienne est introduite à Colmar. Le magistrat met à la disposition de la communauté protestante l´église des franciscains dont elle était propriétaire.

thumb bible mentelin
Bible latine de Mentelin, 1459-1460. Premier grand livre imprimé en Alsace. Bibliothèque Municipale de Colmar.

1580 :

La cité se dote de nouvelles fortifications d´après les plans de l´architecte strasbourgeois Specklin..

Colmar ville impériale

"Colmar ville libre impériale. L´illustre magistrat nous offre un déjeuner et nous fit servir le vin d´honneur ; deux ministres de l´église assistèrent au repas au nom de la ville.
La ville est bien fortifiée ; elle est entourée d´un double fossé et d´un double rempart et possède un élégant arsenal."
Wolfgang Meyer, pasteur à Bâle et Mulhouse, 1618

1627 :

En pleine guerre de Trente Ans, le protestantisme est aboli à Colmar, il sera réintroduit en 1632 pendant l´occupation suédoise.

1635 :

Par le traité de Rueil, signé le 1er août 1635, notre ville se place sous la protection du roi de France sans abandonner son statut de ville d´Empire, ses franchises, privilèges, droits et coutumes. Mieux, elle devait « à l´issue de la pacification de la guerre » retrouver sa situation d´antan selon la belle et édifiante formule du traité : « La dite ville sera remise en l´état auquel elle était auparavant le commencement des troubles d´Allemagne et de Bohême en l´an 1618. »

1648 :

Par le traité de Munster en Westphalie, une partie de l´Alsace est rattachée à la France.
Colmar reste ville d´Empire comme toutes les autres villes de la Décapole.
Les troupes françaises quittent Colmar.

thumb Vue de Colmar 1630 copie

Cette ville est fort belle

et ornée de beaux bastiments et édifices, située dans une belle et fertile plaine. Elle est très bien fortifiée et munie d´un beau rempart. La maison de ville, la Kauffhaus et plusieurs édifices publics y sont fort bien bastis… Présentement il n´y a plus que 13 à 14000 bourgeois, la plupart riches et accomodez a cause du grand traffic qu´ilz font et des fores et marchés qui s´y tiennent. Elle est sy bien placée que l´on peut compter de 40 villes et bourgs fermes et plus de 240 villages qui viennent au marché et retournent le mêsme jour coucher chez eux.
Domilliers, subdélégué de l´Intendant, vers 1660

1673 :

Lors de la guerre de Hollande, la ville est occupée par les troupes du roi de France. Les fortifications sont détruites. Colmar est désormais une ville ouverte.

« Le mercredi 30 août, le cortège royal - plus de 200 carrosses - s´approche. Il est onze heures. A cheval, Louis XIV fait le tour de la place. A Andolsheim où la cour dîne, Mlle de Montpensier, duchesse d´Orléans, note les paroles du Roi : "Messieurs les Colmariens ne sont plus si glorieux comme ils étaient !"

Les travaux de démolition continuent sans relâche. Près de 4 000 hommes y sont employés. Des mineurs font sauter à la poudre bastions, tours et murailles. Le samedi 2 septembre, le roi, revenant de Brisach, repasse près de Colmar, pour se rendre compte des destructions en cours. Acclamé par les soldats, il crie : courage, courage, mes enfants ! »

1679 :

Par le traité de Nimègue, Colmar devient « ville royale française ».
 
 © Textes de Gabriel BRAEUNER extraits de Colmar, un itinéraire à travers l´Histoire, (ID L´Edition, 2003) ouvrage disponible à l´Office de Tourisme sur demande à

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (prix 10€).

1919 :

Installation du 152e régiment d´Infanterie et du 11e régiment des Dragons.

thumb Avenue de la république Colmar image darchive

1922:

Pour faire face à la crise du logement, création d´un Office public d´habitations à bon marché..

thumb Quai de la poissonnerie Colmar

1924 :

Colmar devient le siège de la Chambre d´Agriculture du Haut-Rhin.

thumb Colmar place de la gare image archive

1928 :

« Procès de Colmar » contre les chefs autonomistes alsaciens qui fait suite au malaise alsacien suscité, entre autres, par les déclarations du président du Conseil, Edouard Herriot, du 17 juin 1924, qui souhaitait accélérer l´introduction de l´ensemble de la législation républicaine en Alsace. Les Alsaciens se mobilisèrent vigoureusement pour défendre, notamment, leur statut confessionnel concordataire.

1936 :

Colmar compte 49 448 habitants.

thumb Colmar place de la sinn image archive

1937 :

Inauguration du Centre hospitalier Louis Pasteur, hôpital moderne aux confins de Colmar.

1939 :

Le 1er septembre, la France entre en guerre.

1940 :

Le 17 juin, les Allemands entrent à Colmar. L´Alsace est annexée de fait. Le 30 août, le monument Rapp est détruit, suivi du monument Bruat, le 9 septembre. Mise en place d´une politique brutale de germanisation et nazification.

Dès le mois de novembre se met en place un réseau de résistance qui fera passer par les Vosges les prisonniers de guerre évadés.

1942 :

Adhésion obligatoire à la jeunesse hitlérienne pour tous les jeunes gens entre 10 et 18 ans (2 janvier).

Les Allemands démantèlent le réseau de résistance colmarien et emprisonnent ses principaux responsables.

Le 25 août, l´ordonnance concernant le service militaire obligatoire est promulguée en Alsace et en Moselle. Au mépris de toutes les lois internationales et de celles de l´honneur, 130 000 jeunes vont être contraints d´endosser l´uniforme de la Wehrmacht ou des Waffen SS. 40 000 d´entre eux y laisseront leur vie.

1944 :

L´explosion d´un train de munitions à la gare de marchandises, le 18 septembre, provoque des dégâts considérables dans un rayon d´un kilomètre. Dans la même nuit, la police prend en otage une cinquantaine de personnalités colmariennes qui sont déportées Outre-Rhin.

thumb La grand rue et leglise saint matthieu Colmar image archive

1945 :

Le 2 février, la ville est libérée après les durs combats de la « poche de Colmar ». Le 10 février, Colmar accueille le général de Gaulle. La statue du général Rapp, restaurée, retrouve sa place.
>> La Libération de Colmar

 
Présent à Colmar dès le 10 février 1945, le général de Gaulle reviendra à Colmar
comme président de la République, le 20 novembre 1959.

 

© Textes de Gabriel BRAEUNER extraits de Colmar, un itinéraire à travers l´Histoire, (ID L´Edition, 2003) ouvrage disponible à l´Office de Tourisme et dans notre boutique en ligne(prix 10€).

thumb Colmar Collegiale Saint Martin en 1548

823 :

Colmar entre dans l´histoire
Voir l'article sur le fisc Columbarium
 

833 :

A proximité de Colmar, qui sera appelé plus tard le champ du Mensonge (Lügenfeld), Louis, Lothaire et Pépin, les fils de l´empereur Louis le Pieux, déposent leur père, mécontents d´un partage successoral. Ils sont soutenus par le pape Grégoire IV qui séjourne au domaine de Colmar, en juillet 833.
 

883 :

Charles III, dit le Gros, tient à Colmar une assemblée de Francs au mois de janvier. Il récidive en février 884. Tous les dignitaires de l´Empire sont convoqués, représentants des pays entre la Meuse et l´Elbe, et au-delà des Alpes et de l´Italie du nord.

Crucifixion du missel de Murbach

Crucifixion, missel de l´abbaye de Murbach, vers 1200. Bibliothèque Municipale de Colmar.
 

Vers 965 :

Une partie de l´ancien domaine royal carolingien, l´Oberhof (le domaine d´en haut) échoit au monastère clunisien de Payerne (Suisse, canton de Vaud). Un second, appelé Niederhof (le domaine d´en bas), devient propriété de l´évêque de Constance, Conrad, qui le donne au chapitre cathédral de sa ville épiscopale.


Vers 1000 :

Des fouilles archéologiques effectuées en 1972 dans l´église Saint-Martin ont révélé que Colmar possédait une « église de l´an mil ». Elle se composait d´une abside carrée, d´un transept long de dix-neuf mètres et large de huit ainsi que d´une nef de quinze mètres de long constituée par un vaisseau central flanqué de deux bas-côtés.

1002 :

A Eguisheim, à quelques kilomètres de Colmar, naît Brunon d´Eguisheim, le futur pape Léon IX qui demeure le seul pape alsacien de l´histoire et qui sera canonisé peu après sa mort.

1106 :

Colmar est détruite par un incendie.

1153 :

Le 30 janvier, l´empereur Frédéric Barberousse s´arrête à Colmar pour la première fois. Il y reviendra en 1156, 1179 et 1186.

1212 :

Le roi Philippe de Souabe est l´hôte de Colmar.


1226 :

Colmar est qualifiée de cité dans les documents. Elle a été élevée quelques années plus tôt au rang de ville impériale par Frédéric II de Hohenstaufen.

 

1234 :

L´église Saint-Martin est érigée en collégiale. La construction de l´église actuelle démarre à cette date. Elle sera achevée en 1365.

1235 :

Impressionnante visite de l´empereur Frédéric II qui pénètre en ville « accompagné de nombreux chameaux » comme le note, admiratif, le chroniqueur des dominicains de Colmar.

1262 :

Le prévôt Jean Roesselmann, qui avait libéré les Colmariens de la domination de l´évêque de Strasbourg l´année précédente, repousse une nouvelle attaque épiscopale au prix de sa vie.

1278 :

Le roi Rodolphe de Habsbourg donne à Colmar ses Libertés communales.

DHALMAGE0009

Saint François et saint Dominique, bréviaire pour laïc, XVe siècle.
Bibliothèque du Consistoire protestant de Colmar.

>> Voir l'article consacré à la charte de Franchise de Colmar

thumb Graduel dominicain XIVe s. Ms 317 fol. 85r

1293 :

Colmar échoue dans son soulèvement contre le roi Adolphe de Nassau.

 

1295 :

Colmar construit son premier hôtel de ville.

1337 :

Le Ladhof, le port de Colmar, est cité pour la première fois dans les documents.
A deux kilomètres au nord de Colmar, au confluent de la Thur et de la Lauch, là où l´Ill devient navigable, le Ladhof fut le premier port de Colmar. Il est nommé la première fois dans les textes en 1337 et conserve sa fonction de port jusqu´au XVIIIe siècle. On y embarquait les marchandises en direction de Strasbourg, puis vers les pays rhénans jusqu´à Amsterdam. Les marchands colmariens empruntaient le Rhin pour se rendre deux fois par an aux grandes foires de Francfort. Ils transportaient à partir du port du Ladhof, étymologiquement « l´endroit où l´on charge les marchandises », du vin, du vinaigre et des eaux-de-vie et rapportaient par la même voie des objets de fer, du poisson salé et fumé qui faisaient l´objet d´une grande consommation à Colmar.

Vers 1340 :

Catherine de Gueberschwihr écrit une vie des sœurs du couvent des dominicaines d´Unterlinden.

1354 :

Colmar prend part à la création de la Décapole, fédération des dix villes alsaciennes.
>> Voir l'article sur La Cité de La Décapole 

1360 :

La ville se dote d´une constitution stable organisant le gouvernement communal confié aux bourgeois de la ville et membres des corporations..

1376 :

La ville obtient le droit de battre monnaie.

1389 :

Colmar est choisi par le grand maître de l´ordre, Robert de Capoue, pour servir de base à la réforme visant à une plus stricte observance et un retour à l´esprit des constitutions primitives au sein de la province dominicaine de Teutonie.

 

1403 :

La cité entre dans l´alliance monétaire du Rappenmünzbund.

1418 :

Colmar connaît une grande épidémie de « peste bubonique ».

799px-Colmar Merian

Trutzthaler de Colmar, 1666.

1473 :

Martin Schongauer peint la Vierge au buisson de roses pour la collégiale Saint-Martin.

La vierge au buisson de roses

La Vierge au buisson de roses par Martin Schongauer, 1473.
Eglise des dominicains de Colmar.

1480 :

Achèvement de la douane ou Koïfhus qui sert à la fois de magasin pour les marchandises des commerçants colmariens, de bureau de douane où la ville perçoit ses droits et taxes et de lieu de réunion des députés de la Décapole

 

© Textes de Gabriel BRAEUNER extraits de Colmar, un itinéraire à travers l´Histoire, (ID L´Edition, 2003) ouvrage disponible à l´Office de Tourisme (prix 10€).

1790 :

Colmar, dont le nombre d´habitants est passé à plus de 13 000, est promu chef-lieu du département du Haut-Rhin.
Election du premier maire en la personne d´Etienne-Ignace Salomon.

1791 :

Les patriotes colmariens s´assemblent au sein de la Société des Amis de la Constitution, puis Société des Amis de la Liberté et de l´Egalité, affiliée au club des Jacobins de Strasbourg, pour y délibérer à la fois des intérêts de la cité et de ceux du mouvement révolutionnaire en général.

Colmar devient siège de l´évêché constitutionnel du Haut-Rhin. La collégiale Saint-Martin est érigée en cathédrale. Elle le restera jusqu´au concordat de 1802.

thumb CPA rue des tanneurs Colmar

"Colmar serait un séjour charmant pour un philosophe. La bonhomie de ses habitants et le site délicieux de ses environs rapprochent de la nature, et tels sont les charmes que le sage recherche."
J. La Vallée, Voyage dans les départements de la France (1792)

1792 :

Les couvents colmariens sont fermés les uns après les autres. Les moniales d´Unterlinden, présentes depuis plus de cinq siècles, quittent Colmar.

1793 :

Le représentant en mission, Hérault de Séchelles, convertit le tribunal criminel du Haut-Rhin en tribunal révolutionnaire. En quelques mois, treize exécutions capitales sont prononcées.
Inauguration du temple de la Raison en la collégiale Saint-Martin.

1793-1794 :

Les intempéries et une succession de mauvaises récoltes provoquent une grave crise de subsistances aggravée par les réquisitions de denrées et le discrédit des assignats.

1796 :

Ouverture de l´Ecole centrale du Haut-Rhin, première école technique dans le département.

1800 :

Colmar accueille le premier préfet du Haut-Rhin et devient chef-lieu de préfecture.

thumb grand rue 1922

>>Voir l'article sur la préfecture du Haut-Rhin

1803 :

Ouverture de l´école des sages-femmes du Haut-Rhin.

1804 :

La cité retrouve sa fonction de capitale judiciaire régionale avec la création de la Cour d´appel qui deviendra Cour impériale en 1810.

thumb Le Koïfhus et la place du marché aux fruits CPA image darchive

1818 :

Apparition d´une deuxième grande usine textile à côté des établissements Haussmann, l´usine Herzog, également établie sur le canal du Logelbach, à l´ouest de la cité.

1824 :

Le Consistoire israélite de Wintzenheim est transféré à Colmar.

"La vigne est la reine de ce pays ; elle exclue les pelouses, les fleurs et ne daigne admettre dans sa cour que les pommes de terre, les choux, les salades et autres humbles légumes qui croissent modestement à ses pieds. C´est avec peine qu´elle souffre l´approche de quelques arbres fruitiers, mais elle a l´orgueil d´élever ses grappes au niveau de leurs fruits et leur dispute l´empire de l´air.

Colmar était autrefois renommé par la beauté du sexe… Les populations remuées et déplacées par la Révolution ont mélangé les races. Dirai-je que Colmar n´a rien perdu à ce mélange ? Dirai-je que la beauté de ses femmes est demeurée inaltérable dans ce croisement, comme l´eau d´Aréthuse qui traverse la mer sans en contracter l´amertume ? Cette galanterie aura-t-elle l´aveu de la vérité ? Qu´en pensez vous Mesdames ? Tout calculé, j´aime mieux que vous soyez jugées par vous-même que par moi ?"
Pèlerinages d´un Child-harold parisien…, 1825

1828 :

Colmar accueille le roi Charles X avec faste.
L´usine textile Kiener située à l´est de la cité, dans le quartier du Grillenbreit, ouvre ses portes.

1831 :

Accompagné par ses fils, les ducs d´Orléans et de Nemours, Louis-Philippe séjourne, les 21 et 22 juin 1831, à Colmar où il est reçu avec enthousiasme.

1833 :

L´Ecole Normale départementale est créée.

1841 :

Inauguration de la ligne de chemin de fer Bâle-Colmar-
Strasbourg. La première gare de Colmar est achevée, l´année suivante, en 1842.

1843 :

La communauté juive construit une synagogue, rue des Laboureurs.

thumb Synagogue dde ColmarOTColmar

1845 :

La ville atteint le nombre de 20 000 habitants.

1847 :

Naissance de la Société Schongauer qui administre les collections des œuvres d´art regroupées dans l´ancien couvent d´Unterlinden

1848 :

Lors de la Révolution de février, la Société républicaine de Colmar se montre très active.

place des six montages noires Colmar

1849 :

Colmar se dote d´un imposant théâtre à l´italienne installé à côté du musée d´Unterlinden.

"La ville de Colmar, sans être ni belle, ni régulière, est agréable, d´abord par ses magnifiques entourages, puis comme offrant à peu près les ressources d´une grande ville, en général, par l´urbanité et le caractère affable de ses habitants. Ce n´est plus Strasbourg avec le rude vernis tudesque qui la distingue, c´est une ville déjà française. L´on peut attribuer à l´influence de la cour royale, qui siège depuis plus d´un siècle, une grande part dans l´adoucissement de ses mœurs, dans son instruction plus solide et plus répandue, dans le bon sens de ses sociétés. La ville renferme encore quelques-uns des anciens monuments qui ont fait sa gloire dans les âges passés."
Joseph-Sybille de Chevery, Histoire d´Alsace, 1849

1854 :

L´épidémie de choléra sévit à Colmar et emporte 349 personnes.

thumb quai de la poissonnerie Colmar image archive

>> Le Choléra à Colmar

1856 :

Bartholdi réalise la statue du général Rapp.
Ouverture du Lycée impérial de Colmar.

1863 :

Jean Macé, qui enseigne à Beblenheim, à proximité de Colmar, crée la Société des bibliothèques communales du Haut-Rhin.

1869 :

Réalisation de la ligne de chemin de fer Colmar-Munster.

"C´est une ville de tradition, d´étude et de conscience. La bourgeoisie de Colmar conserve soigneusement la maison de ses pères, leur bibliothèque, leur cave et leur foi. Les hommes sont religieux, éclairés et réfléchis ; ils ne dédaignent pas le confort ; ils vivent en famille, ils pratiquent l´épargne, ils ne se soucient ni du luxe, ni du bruit. Les journées sont ici de 24 heures au moins, chacun les remplit de son mieux, à son goût ; personne n´a l´air de les trouver trop longues…"
Edmond About, Alsace 1871-1872

thumb avenue de la republique colmar vers 1920 copie copie

1870 :

Colmar compte près de 24 000 habitants et se dote d´une Chambre de commerce et d´industrie.
Combats des francs-tireurs et volontaires, dont le sculpteur Bartholdi, contre les troupes badoises en septembre.

1871 :

Par le traité de Francfort, du 10 mai 1871, l´Alsace devient allemande. Colmar reste le chef-lieu du département mais dépend du gouvernement provincial établi à Strasbourg.

>> Voir l'article Colmar ville du Reichsland

1877 :

Le poste du maire Hercule de Peyerimhoff est confié à un commissaire allemand. La mesure est très mal accueillie à Colmar.

1882 :

Création de la Société d´embellissement. Elle commandera notamment à Bartholdi la plupart des statues qui ornent aujourd´hui les places et façades colmariennes.

1883 :

Le français est banni des textes officiels. Les fonctionnaires alsaciens, jugés peu sûrs, sont maintenus à des postes subalternes.

1884-1886 :

La ville revoit son réseau d´eau de fond en comble et se dote d´un imposant château d´eau au sud de la ville.

thumb Monument du vigneron alsacien. BARTHOLDI
Le vigneron par Bartholdi, 1869

"Une assez jolie ville française, gaie avec de belles promenades : telle est la première impression que nous donne Colmar. Au soir des familles déambulent à travers les promenades. L´animation ne manque pas aussi dans le quartier aux vieilles maisons fort curieuses. Avant de rentrer à la maison, des familles entières font une station à la brasserie. Puis, la nuit gagnant, les rues se vident, ainsi que les promenades. Auprès du canal, encore quelques soldats qui lutinent les bonnes.

Dix heures : nous ne rencontrons plus que des sentinelles, dont le pas régulier résonne aux portes des chefs militaires ou des autorités allemandes."
Maurice Fauste, Là-bas, promenade en Alsace en 1885…
{mospagebreak}

1888:

Construction des casernes de la route de Strasbourg.

1898 :

Création de l´Institut viticole de Colmar, destiné, entre autres, à lutter contre le phylloxéra et autres maladies de la vigne.

1900:

Inauguration de l´église Saint-Joseph à l´ouest du chemin de fer dans un nouveau quartier.
Colmar compte 36 844 habitants

1902 :

Ouverture d´une ligne de tramway reliant la gare au canal. En 1904, cette ligne transporte 668 000 passagers ; ce qui conduit les autorités à réaliser une seconde ligne qui joint la route de Bâle à la route de Strasbourg.

Celle-ci sera inaugurée en 1914. Le développement des communications internes répond à l´extension urbaine.

thumb Colmar avenue de la republique
Le tramway début du XXe siècle.

1906 :

Colmar se dote d´un établissement moderne de Bains municipaux, à proximité du musée d´Unterlinden..

1907 :

Mise en service d´une nouvelle gare dont la « silhouette rappelle fort adroitement une élégante locomotive », selon le dessinateur Hansi.

1908 :

Visite officielle de l´Empereur Guillaume II.

1910 :

Colmar compte désormais 43 800 habitants dont 4 000 militaires.

"Rues étroites, capricieuses, pleines de nuit ; maisons à grands toits inclinés, toujours en tuiles rouges que les siècles ont vieillis, maisons à toits ramassés où l´architecte a su encore pratiquer un étage, maisons à pignons aigus, crénelés ou festonnés, dédaigneuses d´alignement, l´étage surplombant le rez-de-chaussée, de petites fenêtres aux volets verts ; les unes ventrues, voûtées, tout de travers, serrées ainsi que des vieilles femmes, et l´air vraiment humain ; les autres plus délicates, anciennes demeures de notables, au poutrage apparent, les murs parfois crépis, avec un portail sculpté, une tourelle, une galerie à rampe : c´est à chaque fois dans le silence nocturne, un imprévu saisissant. Semblables ou parentes, les maisons sont toutes diverses, tant il y a de la fantaisie dans leurs façades, dans les marques de l´âge."
Paul Acker, Colmar, 1910

Avenue de la republique colmar vers 1920 copie

"Aussitôt que l´on pénètre dans Colmar, on se sent dans une ville d´histoire et de tradition, soucieuse, avant tout, de maintenir intactes les réserves précieuses que lui ont laissées les siècles, réserves de gloire, réserves d´art, réserves de liberté. Colmar fut une ville libre et ne l´a pas oublié. Colmar fut une ville française et s´en souvient."
André Hallays, 1912

1914 :

Le 23 août, quelques patrouilles de chasseurs à cheval français pénètrent dans la ville. L´espoir d´une libération est de courte durée. L´armée française se repliera sur les Vosges.

1917 :

Le 8 août, des bombardements français provoquent la mort de quatre personnes et des dégâts importants aux Bains municipaux et à l´école d´Unterlinden. La guerre se rapproche de Colmar. Le 16 septembre, un spectaculaire combat aérien oppose quatorze appareils allemands de la base de Colmar à des avions français.

thumb quai de la poissonnerie Colmar

1918 :

Le 11 novembre, jour de la proclamation de l´armistice, se constitue un « soviet » issu de soldats et d´un conseil d´ouvriers.

Le 18 novembre, les troupes françaises entrent à Colmar.


thumb Place Jeanne darc Colmar image archive

© Textes de Gabriel BRAEUNER extraits de Colmar, un itinéraire à travers l´Histoire, (ID L´Edition, 2003) ouvrage disponible à l´Office de Tourisme sur demande à
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (prix 10€).

Découvrez les détails de l'histoire de Colmar

Aller au haut